(đź“ŤA lire) L’histoire de Kimpa vita(1684-1706). #Firebarzzz #BlackHistoryMonth #Histoire #Afrique #KimpaVita #Portugal #Angola

CE JOUR-LÀ… 2 juillet, comme aujourd’hui…
Le 2 juillet 1706, Kimpa Vita, prophètesse et mère de la rĂ©volution africaine, est brĂ»lĂ©e vive Ă  l’âge de 24 ans avec son compagnon et son bĂ©bĂ©. Elle avait Ă©tĂ© jugĂ©e comme hĂ©rĂ©tique et ennemie du roi portugais. Elle luttait pour la rĂ©unification du royaume Kongo.
NĂ©e entre 1684 et 1686 dans une famille de la noblesse kongo, Kimpa Vita aurait Ă©tĂ© baptisĂ©e par un prĂŞtre mĂ©tis originaire d’Angola, Luis de Mendonça. Ă€ l’Ă©poque, une grande partie de la population du royaume du Kongo est catholique, depuis le baptĂŞme, de Nzinga Nkuwu. Kimpa Vita va grandir Ă  une Ă©poque oĂą la guerre civile fait rage entre diffĂ©rentes factions au sein du royaume de Kongo, affaibli par des conflits incessants avec le Portugal (bataille d’Ambuila) et certains peuples voisins.
Dès sa jeunesse, elle est reconnue comme « nganga marinda » (intermĂ©diaire entre hommes et le monde des esprits). Elle va ĂŞtre initiĂ©e au sein de la sociĂ©tĂ© secrète dite « kimpasi » (dĂ©livrait les gens des forces du mal Ă  travers des cĂ©rĂ©monies d’exorcisme « mbumba kindonga »). Kimpa Vita a Ă©tĂ© influencĂ©e par les prophĂ©ties d’Appolonia Mafuta « Fumaria », qui annonçait un châtiment divin et se promenait avec une pierre qu’elle prĂ©sentait comme la tĂŞte du Christ, dĂ©formĂ©e par la mĂ©chancetĂ© des hommes.
A partir de 1703, Kimpa Vita dit recevoir des rĂ©vĂ©lations, et annonce que Dieu punira les habitants du royaume si ce dernier n’est pas rĂ©unifiĂ©, avec pour capitale SĂŁo Salvador. Le roi Pedro IV prend connaissance de son message, mais garde ses distances avec elle. AutoproclamĂ©e « envoyĂ©e de Dieu », elle fonde le culte antoiniste, qui appelle Ă  lutter contre l’emprise portugaise. DiffĂ©rents miracles lui sont attribuĂ©s dans les villes et son mouvement attire des milliers de fidèles, jusqu’à la propre femme du roi Pedro IV.
Contre le cérémonial, les fétiches ou la prière, elle plaide l’action et l’intention : « Le baptême ne sert à rien, Dieu ne retient que l’intention ». La puissance de son aura effrite massivement les visées des missionnaires portugais et capucins. Le danger est d’autant plus grand pour les colons. Les fidèles de Kimpa Vita, désireux d’acquérir leur indépendance, sont aussi formés à l’art de la guérilla. Face à la puissance du mouvement, le roi Pedro IV décide de s’allier avec les Européens, contre la prophétesse. Ses compagnons d’armes sont arrêtés et Kimpa Vita est retrouvée dans une contrée, en train d’allaiter un bébé. Une aubaine pour ses détracteurs, qui en profitent pour briser le mythe de la Sainte Vierge qu’elle s’était forgé.
Kimpa Vita est alors jugée comme hérétique et ennemie du roi. Elle est envoyée sur le bûcher par les capucins, brûlée vive à l’âge de 24 ans, dans la ville d’Evolulu (près de Mbanza Kongo), avec son compagnon Barro, et son bébé.
Les messianismes congolais et angolais du XXème Siècle (matswanisme, kimbanguisme et tokoĂŻsme) font rĂ©fĂ©rence Ă  la figure de Kimpa Vita qu’on surnomme parfois surnommĂ©e la « Jeanne d’Arc congolaise » en raison des ressemblances entre sa biographie et celle de Jeanne d’Arc. Kimpa Vita fait partie des rares personnalitĂ©s ayant vĂ©cu sur la cĂ´te atlantique de l’Afrique Ă  cette Ă©poque au sujet desquelles il existe d’abondantes sources Ă©crites : journaux, rapports et lettres de 4 missionnaires capucins italiens actifs dans la rĂ©gion.

Benjamin Babunga watuna

Author: Firebarzzz

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.